Tokyo/Overtones

Le groupe
Histoire
Photos
Interviews
Liens
Musique
Disques
Audio
Video
Textes
Kit Presse de survie
Photos
Articles de presse
Evénements/News
Contacts


The Polar EP

The Polar EP

Procurez-vous l'album "Polar Ep" sur : iTunes, Google Play Music et Amazon Music.



Kit Presse de Survie
Le Kit Presse de Survie est bien entendu dédié aux journalistes. Vous y trouverez les articles et autres documents relatifs aux Tokyo/Overtones, des photos hautes résolution, etc.

N'hésitez pas à contacter Mélanie pour tout renseignement, demande d'interview, infos etc.


Le Label Cosmosonic.com
Cosmosonic.com est aussi un site de news musicales updaté quotidiennement... Participez en envoyant vos brèves ou articles coups de coeurs/gueules etc sur Cosmosonic.com

 
TOKYO/OVERTONES dans la presse...

Rien à déclarer - 10 juillet 2003
Tokyo/Overtones
Au cours de leur traditionnel pèlerinage au Rock Dans Tous Ses Etats d'Evreux, nos envoyés spéciaux firent la connaissance du bassiste d'un groupe qui leur était alors inconnu : Tokyo/Overtones. Quelque peu assommé par le soleil et les quelques hectolitres de breuvage houblonné absorbés pour se réhydrater, votre serviteur se mit en tête de parader devant le membre de cette mystérieuse formation en déclarant que la basse ne se jouait pas au médiator mais aux doigts, nom d'une pipe ! Quelques jours plus tard, la rédaction recevait un exemplaire de " The Polar E.P. " de Tokyo/Overtones. Première surprise, on peut venir du Havre et tenir la dragée haute à Coldplay. Deuxième surprise, on peut aussi jouer de la basse au médiator.
En France il n'y a pas que les beaux coins qui sont à découvrir. Il y a aussi des groupes quasi anonymes à écouter de toute urgence. Tokyo/Overtones en fait partie. Originaires du Havre comme Little Bob, ces jeunes gens ne jouent pas du blues comme leur illustre aîné mais distillent une pop synthétique mêlant électronique et guitares. L'exercice aurait pu se révéler périlleux et ce choix ambitieux aurait pu engendrer une musique ennuyeuse ou bancale. C'est loin d'être le cas puisque " The Polar E.P. " révèle un groupe doué produisant une musique d'une étonnante intelligence.
Dès les premières notes, on sait que l'on est en présence d'une musique dotée d'une âme. Climats électriques proche de la rupture (" Polar e.t. "), pop tout en arpèges mineurs (" Then ") ou rythmes électroniques blafards (" O-kee-pa "), Tokyo/Overtones passe d'un registre à l'autre avec une aisance digne de groupes occupant le devant de cette scène. Tout au long des plages, le disque garde une cohérence sonore qui entraîne l'auditeur dans un univers musical luxuriant et délicat même dans les moments plus tendus. On est donc loin d'un disque patchwork bidouillé par un groupe de poseurs. Les structures complexes et les arrangements sophistiqués insufflent à tous les morceaux une émotion et une classe reléguant Coldplay au statut d'orchestre de mariage. Si une comparaison est possible, elle est à chercher du côté d'Overhead qui dans un registre différent a réussi la fusion plutôt que la superposition de styles musicaux distincts (jazz et rock). Il est certain que vous ne passerez pas ce disque au cours d'une soirée d'anniversaire mais cette pop tour à tour délicate et énervée sera tout à fait adaptée aux moments solitaires de recueillement et de rêverie, donc à priori le dimanche matin quand vous récupérez de la soirée de la veille et que vous vous dites " plus jamais ".
Enfin vous aurez peut être la chance de découvrir ce groupe sur scène puisqu'il s'est déjà produit dans plusieurs festivals estivaux. Dernière précision, " Then ", troisième plage de l'album, figure sur le volume 3 des compilations POPnews (prochainement chroniquées dans ces colonnes) sur lesquelles on peut retrouver Lambchop, Migala, Utah Carol, Papas Fritas ou encore Amor Belhom Duo. Dans la cour des grands qu'on vous disait.
Nicolas Serrano

Liability
Tokyo Overtones - The polar ep
Présentons d'abord les choses ; Tokyo/Overtones est un groupe français qui sort son premier E.P. (ou Maxi si vous préférez) sur le label Cosmosonic. Ils ont récemment déclaré dans la presse écouter des groupes tels que L'Altra, Sigur Ros, Beck, Sparklehorse et d'autres encore, ce qui avait attiré notre attention.
A la première écoute de ce disque, j'ai donc été légèrement déçu. Ou plutôt trompé. En effet le premier titre est très électro (tout au moins par rapport au reste) et rappelle, notamment par la préciosité de la voix, Jay-Jay Johanson ou Tim Hutton.
Mais en réalité ce maxi est bien plus (pop) rock qu'il n'y paraît, O-Kee-Pa, le premier morceau, n'étant que l'arbre qui cache la forêt, même la voix du chanteur semble changer au fil des morceaux ; et écoute après écoute The Polar E.P. se révèle être une carte de visite prometteuse pour ce jeune groupe. Les ambiances y sont variées et l'electronica y tutoie les guitares saturées ("The Polar e.t.")sans le moindre conflit, sans le moindre complexe, prouvant ainsi que les Tokyo/overtones font partie de cette nouvelle génération qui, sans aucune difficultés, sans chercher à épater par son avant-gardisme ou à défendre un savoir-faire un poil rétrograde, est capable de mélanger ces deux mondes avec le plus grand naturel. Certains morceaux se révèle même être de très, très bons morceaux tel par exemple ce "Out" dont j'ai de plus en plus de mal à me passer.
Les 6 titres ici présents trouveront je l'espère un public, car la sincérité de la démarche ne fait aucun doute. Bien qu'un peu inégal ce disque est à acheter si vous aimez la pop qu'elle soit matinée ou non d'électro.
SPADA

L'Oreille Interne - 26 avril 2003
Tokyo/Overtones, Emilie Simon, Overhead, le jeudi 3 avril 2003 à l'Astrolabe
Les affiches de trois concerts ont l'air d'avoir la cote et visiblement ne découragent pas les oreilles du public amassé dans la salle (déjà enfumée) pour accueillir à 20h45 pétante le premier groupe.
...Tokyo Overtones
Ce groupe fera la surprise de cette soirée. Il nous vient du Havre. Le look de ces teenagers affiche clairement la teneur de ce que sera leur propos musical : veste de jogging de marque bien moulante des années 70, cheveux pour certains faussement sage à la Beatles (ça ne vous rappelle rien !). Pourtant il ne faudra pas se fier uniquement à leurs apparences. Car s'ils prennent une certaine complaisance à se prélasser dans de la pop emo core à la Muse & Cie (où le chanteur en mal de glamour se sent l'obligation d'imiter le grand Buckley) ; Tokyo Overtones s'en détache conjointement sans prévenir, tout en déconvenue, à coup de riffs acerbes et de rythmes hybrides offrant ainsi des climats plus tendus et plus prenants. Ces jeunes témoignent d'arrangements originaux renouant avec l'ère de l'analogique au gré d'un post rock pesant où les deux guitares tournoient dans un double langage pour laisser s'écouler (de manière éparse) le fluide de leur lamentation toujours contenue. Ce groupe ancré dans une forte introspection, cogite, angoisse, et distille une énergie sinusoïdale à vous étourdir. Mais il suffira d'une boîte à rythme minimaliste, d'une voix en murmure et des guitares en écho pour retrouver l'apaisement...
Il ne fait aucun doute de ce que dans quelques années ils jetteront véritablement le trouble. Mais pour l'heure après un timide rappel où le chanteur confiera à la fin un soupir profond ; les yeux et les oreilles (à l'unisson) sont rivés sur l'apparition d'Emilie Simon (la poupée prodige de 24 ans qui fait des ravages sur les ondes) qu'un changement de plateau des plus longuets ne fait plus espérer.

Longueur d'Ondes - N°18 / Hiver 2002 - 2003 [lire l'interview Longueur d'Ondes]

Fanzine Merry.go.round - janvier 2003
TOKYO/OVERTONES
The Polar ep (Cosmosonic.com/United Musics Company)
Le Havre, une ville judicieusement placée et pas forcément très glamour pour rêver, au bord de la mer, du rock tourmenté d'en face, celui des premiers Radiohead et d'une noisy-pop perdue depuis la mort prématurée et inévitable de ses principaux acteurs. Les années 90 déjà loin, Tokyo/Overtones retrouve sans accent le fil d'une musique électrique à fleur de peau, dans laquelle électronique et guitares saturées esquissent nerveusement des mélodies ténébreuses : une histoire traduite des milliers de fois de ce coté-ci de la manche qui trouve ici une écriture habile, relativement personnelle et matinée d'électronique, une vie pleine de promesses à défaut d'être totalement nouvelle et une passion sincère pour les clairs-obscurs électriques.
C'est fin 1999 que William Tasse, Virgile Vallin, Sébastien Abat et Laurent Ambroggiani se lancent dans l'aventure. Quelques concerts et une première maquette plus tard, le groupe attire l'attention de la presse spécialisée et du label caennais Cosmosonic.com. Nouvelle étape dans l'ascension progressive de Tokyo/Overtones, The Polar ep dévoile tout en nuances six titres sensibles et électriques où planent quelques jolies teintes ombrageuses. D'entrée, O-kee-pa brouille les pistes et témoigne d'une volonté affichée d'ouverture au sein du carcan, rapidement étroit, de la noisy-pop en explorant une veine electro-pop sombre et climatique, où claviers et samples décrivent un univers troublé par les guitares et le souvenir encore vivace des disques Mute. Plus loin, Polar e.t, pop-song nerveuse et efficace dont l'électricité tremblante et agitée suit une ligne épineuse sur les traces d'un rock hors piste inspiré, et surtout Out, chanson de bravoure, lyrique et mélodique, dans la lignée des mélopées tortueuses du jeune Radiohead, renouent avec une certaine tradition du genre. Mais si The Polar ep réécrit avec une certaine élégance ces schémas familiers, il dispose également d'une palette suffisamment riche pour afficher quelques jolies surprises, quelques plages plus ambitieuses à l'image de Winter Ballads Between Naked Trees, ballade classieuse habitée par les machines et les motifs de guitares, ou du très beau Then, à l'atmosphère inquiète et tourmentée ("home days again hear this noise that sounds better/I'm trapped in a maze where my real side is hidden"). Là, Tokyo/Overtones étoffe sa musique de cordes et de climats acoustiques tendus et dévoile un univers plus intime.
En six titres inteprétés sur le fil, à mi-chemin entre rock et électronique affectés, The Polar ep ouvre un peu plus la porte de Tokyo/Overtones et laisse entrevoir à travers quelques ombres tutélaires jamais trop encombrantes suffisamment de bonnes idées pour attendre quelques bonnes surprises, voire quelques petits miracles, de ce groupe dont on attend, forcément, la suite.
Jérôme Olivier.


Autresdirections.net
Compilation Popnews #3 (Popnews/Limonade) "Tokyo/Overtones illumine également cette compilation avec Then, soit le meilleur morceau écrit par le groupe à ce jour : on a du mal à croire que cette voix n'est pas celle d'un ange déchu, alors que les guitares hésitent entre mélodies en ligne claire et énervement bruyant... On ne souhaite qu'une chose, c'est que l'album soit d'une telle intensité !"
(denis)


Abus Dangereux - face 79 - Octobre / Novembre 2002
On retrouve la voix fragile et l'enthousiasme guitaristique qui cherche à prendre le dessus sur la mélancolie ambiante qui nous avaient fait remarquer T/O dès leur première maquette en 2000. Même si les jeunes havrais ont mis un peu plus d'électronique et de samples dans leur noisy pop, ils n'ont pas oublié la recette pour créer l'émotion qui atteint son paroxysme sur le magnifique Then. Si T/O ne peut nier l'influence de Radiohead, celle ci ne les étouffe pas comme tant de groupes bien plus (injustement) connus. D'ailleurs on peut aussi citer Jay Jay Johanson pour le traitement de la voix de O-Kee-Pa ou Bjork pour les sonorités glacées et les rythmiques fluides de Winter ballads between naked trees. Avec de telles références et un peu plus de maturité, T/O ne devrait pas rester dans l'ombre bien longtemps.


Radio Graf'Hit - Emission Etat Gripal
Tokyo/Overtones - The Polar E.P. (Microcosme)
La rumeur monte au Havre, il se chuchote ici et là qu'il y aurait 4 types bizarres convoquant à des cérémonies à caractère musical les esprits de Perry Blake, Radiohead (nouvelle formule) Divine Comedy et Jay Jay Johanson. Il se dit aussi que ce groupe vient de sortir leur premier E.P. et qu'il risque de faire parler d'eux... Il n'en a pas fallu plus pour que ma platine réclame cet objet.

Compte rendu :

- Un bruit électronique, puis deux, puis trois, puis une voix. Une belle voix légèrement en retrait d'abord, mais qui prend au fil des secondes de plus en plus d'aplomb alors que la rythmique se fait plus syncopé. Jay Jay Johason semble se battre avec les machines de Radiohead (qu'ils viennent eux même d'emprunter à Autechre). Parfait ! J'en veux encore et attend le deuxième titre en me rongeant les pieds...
- Le choc, l'ordinateur est jeté à la poubelle, les cheveux mis en arrière et les guitares se mettent à grogner. La voix est légèrement filtrée, les refrains fonctionnent, les changements de rythmes aussi. Weezer n'as qu'à bien se tenir. Vite vite, la suite
- Un sample de film en intro, une guitare calme sur une sonorité d'orgue. Ca commence à sentir le Divine Comedy. En effet la voix arrive, chante lentement d'une tonalité grave " I need time to cure the infection ". Un violon se rajoute et nous emmène lentement vers la fin de cette belle balade, on l'on entend " Oh then what can I do for you ". Moi je sais.
- Un deuxième sample d'intro, les guitares se mettent à planer, cette voix que je commence sérieusement à apprécier revient. Toujours le même instinct mélodique, l'efficacité des refrains. Un peu à la Eels me souffle ma mémoire.
- Une guitare acoustique entonne une mélodie légèrement mélancolique qu'une guitare électrique (à pédale) vient très légèrement soutenir. Une voix calme. Une belle chanson.
- Celle-ci commence bien : Deux notes de synthé, une voix susurré, quelques clochettes. ça sent de plus en plus bon. Puis, on s'aperçoit que quelque chose dans le fond s'approche timidement. Ca ressemble à un bruit informatiquement modifié, on hésite, on doute quand soudain, ça y est il est revenu, l'ordinateur est là ! Tous les éléments sont en place, la voix répète inlassablement " This story gonna sink you down ". L'ambiance est très douce, mélancolique, la mise en place sonore magnifique. Cette chanson est parfaite.


Si j'étais la Fnac, j'aurais collée un stickers vert sur la page du fil disant " Attention Talent ! ". Heureusement pour moi (et pour vous), je ne suis pas la Fnac et je n'ai pas besoin de ce cet argument implacable pour attirer sur Tokyo/Overtones l'attention qu'ils méritent, leur musique devrait suffire...


Positerage.com
TOKYO/OVERTONES "the polar ep" (cosmosonic - 6 titres)
Le premier titre, electro-pop, ravira tous les fans du Depeche Mode actuel. Seul problème, il existe déjà Depeche Mode, et Tokyo Overtones n'est ni plus extrême ni plus audacieux. La suite s'enfonce dans une pop moins electro, excellemment bien jouée, mais particulièrement fade. Un disque qui s'adresse sans aucun doute aux majors et au grand public, mais qui laissera de marbre les autres.


PRESTO - Juillet/Août 2002
TOKYO/OVERTONES
The Polar EP
Cosmosonic.com/United Musics Distribution
Si l'une des remarques les plus récurrentes à propos des TOKYO / OVERTONES concerne leur surprenante maturité et la qualité remarquable de leur production pour un groupe si récent, il ne faut guère s'en étonner quand leur musique décline de si illustres références et rivalise avec de telles pointures. Du chant glissant qui prend la tessiture de David Gahan et l'emmène dans le style racé de Jay-Jay Johanson, des arrangements de guitares qui fricotent avec ceux de Mercury Rev ou de Radiohead, à l'habillage de l'ensemble, voilé d'électronique, tout ici respire sobriété et élégance. Dans un anglais distingué, les six compositions de ce mini-album posent les bases d'une oeuvre qu'on qualifiera d'érudite. On ne leur voit que peu de concurrents sur ces terrains nobles (les Italiens de Massimo Volume, les Anglais de Unbelievable Truth entre autres) ; ces derniers étant désormais de l'histoire ancienne, la voie anglo-saxonne est toute dégagée pour que les TOKYO / OVERTONES essaient leur rock et leurs belles manières au delà de leur Normandie d'origine. Dire que l'on attend impatiemment l'album serait un euphémisme ! Julien COURBE


Episode
PROMETTEUR
Tokyo/Overtones "The Polar EP"
(Cosmosonic/UMC)
La classe, c'est sans doute quelque chose d'inné. Ce tout premier EP des normands de Tokyo/Overtones l'illustre à merveille, par ses idées judicieusement mises en valeur, sa puissance émotive sans racolage, ses références multiples dont aucune n'est trop soulignée. Six titres entre pop et électro avec une voix ensorceleuse et impressionnante comme fil rouge, pour une réussite d'emblée. Chapeau bas, d'autant plus que transparaît à l'écoute de "Out" - tube racé, "Then" - splendide ballade mélancolique et élégante - ou "Polar E.T.", fusée à plusieurs étages et autre tube, un potentiel impressionnant, que ce soit pour la scène ou sur de futurs albums.


Rocksound - Hors-série juillet-août-septembre 2002 Spécial Rock Français
Tokyo/Overtones
Scène Maritime
Après un quatre-titres autoproduit en mai 2002, le groupe originaire du Havre sort un mini-album qui sonne, selon les dires des membres, "rock'n'electro trip-pop". Un bon moyen d'échapper à l'étiquetage parfois un peu trop systématique. On laissera à l'auditeur la liberté d'aller piocher les références musicales où il l'entend.
"Le Havre connaît depuis plusieurs années une profusion de groupes hardcore ou punk-rock, alors on passe un peu pour des extra-terrestres." Etrange mais subtil mélange de musiques sur fond mélancolique mais toujours mélodique, "The Polar EP" reflète en somme l'atmosphère et le climat qui se dégagent de leur ville d'origine. David Fontaine, qui avait déjà travaillé avec Tahiti 80 et Dionysos, est venu rajouter les touches électroniques sur l'album. "David a beaucoup apporté à ce disque, notamment dans sa manière de travailler, très méticuleuse." Les Tokyo/Overtones ont fait plusieurs premières parties notables, dont Zita Swoon et Dionysos, des festivals dont "Le rock dans tous ses états" à Evreux. "En général, le côté chouette du public est qu'il paraît assez attentif, les gens nous posent pas mal de questions et sont chaleureux." On espère que la tournée qui s'annonce en septembre leur permettra de toucher un public encore plus large." (Cécile Douste)
Disco : Cosmosonic/United Musics Company


Cd's Le guide des nouveautés - été 2002 - #2
Tokyo/Overtones
The Polar E.P.
Se réclamant d'influences trip-hop-rock-indé, Tokyo/Overtones comporte 2 guitares, une basse, une batterie et un clavier. On sent aussi à l'écoute de ce mini-album des influences new-wave sous-jacentes, de même qu'un amour certain pour la musique classique (l'arrangement pour cordes de "Then" notamment). Bien que jeune, puisque formé en 1999, le groupe montre une grande maturité dans l'écriture et les arrangements, mis au service d'une belle voix, rappelant quelque peu Jim Kerr de Simple Minds. Une musique ayant une certaine classe, brillamment interprétée par d'excellents musiciens, avec parfois des parties de guitares rappelant U2 (sur "Out" par exemple). Rien que des bonnes références, finalement ! L'excellente surprise, c'est que ce remarquable groupe est français. Seule critique à cet excellent disque : 24,52 minutes, certes de plaisir musical, c'est tout de même peu. Un album plus long serait le bienvenu !


Popnews - juin 2002
A l'occasion de la sortie de la compile Popnews #3, le 8 juillet 2002
TOKYO/OVERTONES "Then"
"Nés en 1999 dans les brumes du Havres les Tokyo/Overtones ne savent pas où donner de la tête. Rock, Pop, Electro, pourquoi choisir quand on est doué pour tout ? Touches à tout de talent, les Tokyo/Overtones font preuve d'un goût raffiné pour les ambiances moites et les mélodies à fleur de peau. Sur un squelette classique, leurs chansons prennent vie et s'en vont dans des directions surprenantes. Elles ne sont guidées que par l'émotion qu'elles cherchent à créer. Voix dépouillée, arrangements économes mais émouvants il est difficile de se remettre de la rencontre avec Tokyo/overtones."


Zicline - juin 2002
"Mais que fait le soleil levant là-dedans ? Absolument rien. Tokyo Overtones n'est autre qu'un jeune groupe français plein de talent mais dont le nom vient probablement de la sagesse de la musique ici dévoilée.
Si l'automne 1999 devait être résumé à un événement, ce pourrait être la formation de Tokyo Overtones. Cette saison étant réputée pour être mélancholique et amorcer la déchéance de la nature, la musique de Tokyo Overtones se fond à ce décor en y ajoutant une émotion toute particulière.
Evoluant dans un style pop/rock teinté d'électro, l'inspiration de ce quatuor de génie va plus loin et touche du bout du doigt les limites de la transcendence. Autant dire tout de suite que cet album change votre façon de percevoir tout type de musique en général. Polar/Ep est un album, ou plutôt un maxi, qui ne se décompose pas en une simple critique chanson par chanson mais qui ne peut réellement s'apprécier que quand il est écouté entièrement. Difficile de faire mieux en matière d'unification musicale...
Beaucoup de finesse et de maîtrise sont les instruments de la réussite de cet album qui risque de propulser Tokyo Overtones vers une étape qui, pour eux, était jusque-là inconnue. Tout simplement prometteur !"


Jade - printemps 2002 - #25
"Les Havrais de Tokyo/Overtones, en constant équilibre instable, livrent un 6 titres de pop enguitarée curieuse de tout et au chant voilé de pénombre"


Les Enfants du Silence - #44
Tokyo/Overtones - "The Polar e.p." CD 6 titres
"Derrière cette pochette/enveloppe bleue se cache un groupe havrais de 1er plan. Magnifiquement produit par David Fontaine, les songs enchaînent les explosions noisy + les guitares psyché en enrobant leur pop placide aux accents de Manchester, avec seulement un peu d'électronique & de samples en plus, juste de quoi faire dresser les poils sur les bras de l'auditeur lambda. Un exemple de plus que la scène rock française a de quoi tenir le haut du pavé en Europe ! Sus aux Anglais et mort aux Sarrasins nom de Dieu ! ! ! !"


Scarabée - mai 2002
TOKYO/OVERTONES - The polar e.p.
(Cosmosonic)
Comme une légère friandise, The polar e.p., le mini album des havrais Tokyo/Overtones, se déguste devant une fenêtre ouverte au monde. Peu de titres, certes, mais une véritable identité indé avec tout ce que cela comporte comme arrangements musicaux. Le groupe a su rester sur de bonnes bases et références telles que Pavement, Morrissey, Radiohead pour ne siter qu'eux. Donc un coup de pouce à ce groupe qui je pense réussira à démontrer sa détermination en France et à l'étranger. (Gérôme)


Fanzine Orange et Banane - #16 mai 2002
"Décidément, le Japon inspire beaucoup les groupes et c'est avec cet a priori regrettable sur le nom de ce groupe que nous avons écouté ce disque. Affolés en premier lieu par la ressemblance indigeste de la voix du chanteur avec celle de Jay Jay Johanson, nous avions mis la galette de coté. Et puis nous sommes allés voir le groupe sur scène au Divan du Monde, et là la surprise fut au rendez-vous. Pas étonnant que le groupe soit déjà allé jouer à Londres : la maîtrise de l'anglais est impressionnante. Voilà enfin un bel effort d'arrangement, une réelle envie de bien faire, peut-être de trop bien faire... La limpidité du son rappelle Venus tandis que la guitare saisit parfaitement les espaces laissés vacants par la voix. On rajoute en plus une bonne harmonie et on obtient un groupe sincère, en accord avec lui-même et qui peut se permettre d'aller jouer les vedettes américaines."


Buzz- #58 avril 2002
Tokyo/overtones
The polar EP
Il y a quelques mois, nous avions chroniqué avec enthousiasme la première maquette de ce groupe du havre, et le sentiment est le même à l'écoute de ce "vrai" premier disque, un 6 titres qui oscille entre pop vénéneuse et électronique hybride, entre ballades obscures et frénésies contrôlées (le somptueux "Polar e.t"). C'est le label caennais Cosmosonic.com qui est tombé le premier sous le charme et qui n'a laissé à personne d'autre le soin de signer les quatre garçons. Tokyo/Overtones c'est la classe. Rien à redire, du travail soigné, comme cette pochette à l'esthétisme glacé. Pour l'auditeur ce "Polar EP", c'est 25 minutes de navigation aveugle, tous les sens exacerbés, à travers des morceaux sinueux et délicats. Et parce que les groupes havrais ont toujours sonné plus anglais que français, le chant est ici impeccable.


Magic - avril 2002
Tokyo/Overtones
The Polar EP
(cosmosonic/umc)
Prometteur, ce groupe havrais qui sait donner dans le punk new-waveux autant que dans la pop soignée. Porté par une voix a mi-chemin entre Jay-Jay Johanson et Perry Blake, Tokyo/Overtones fait montre d'un potentiel mélodique forcément louable pour un groupe hexagonal. De cet EP bien ficelé, on retient surtout les décharges électriques un peu crades de Polar et et Out. On attend la suite avec impatience. (Gilles Duhem, 4/6)


Fanfare - avril 2002
Tokyo/Overtones
The Polar E.P.
L'effet ressenti à l'écoute de ce six titres est malheureusement indescriptible... Si Tokyo/Overtones explore des voies déjà largement défrichées par des noms bien trop ancrés dans la mémoire collective, Radiohead ou Venus en tête , tous ceux qui prêteront une oreille attentive à "The Polar E.P." parviendront cependant à se foutre royalement des comparatifs, pour ne retenir à la sortie que l'essentiel : la finesse dont font preuve les Havrais est à la hauteur des plus grandes réussites de la pop, à en juger simplement par le frisson qui parcoure l'échine à l'écoute de cette petite merveille. Sur une ossature somme toute classique, l'envol du violon ou des claviers garantit la délicate distinction qui enlève d'emblée tout sentiment de déjà vu. Tous les amateurs connaissent la recette, basée sur une voix dépouillée portée par des orchestrations léchées ; elle endormira les uns et transcendera les autres. Pris au jeu, c'est un plaisir sans limite de se compter dans la seconde catégorie et d'apprécier encore et toujours ce type de réussites. Chapeau bas... (Frank Zimmermann)


Purjus - #17 - avril 2002
Quatuor havrais formé en 1999, après avoir sorti un quatre-titres il y a moins de 2 ans, revoilà Tokyo/Overtones avec 6 titres à se mettre contre les tympans. Et ce qui frappe pour l'auditeur qui ne les connaissait pas (moi-même par exemple), c'est la voix de Laurent Ambroggiani : un mélange surprenant de Jay-Jay Johanson et de Guy Garvey de Elbow, la pointe d'accent français en plus (un poil irritant mais largement moins que d'autres que nous ne citerons pas...).
Relativement divers pour ce qui est des styles explorés - electro sur O-kee-pa, noisy-pop sur Polar e.t, ou trip-hop pour Winter ballads between naked trees - une douce mélancolie plane en permanence sur l'ensemble des morceaux. Bien rôdés sur scène, Tokyo/Overtones sait accoucher de mélodies accrocheuses et bientôt vous vous surprendrez à chantonner et à hocher mécaniquement de la tête.
Et même si on sent tout de même encore quelques défauts de construction et de mariages entre sonorités ainsi que des rythmiques somme toute classiques, le titre The Musing Lad à lui seul laisse présager un bon potentiel de bonification pour les prochains mois, en espérant les retrouver rapidement avec un "vrai". (RedApple)


W-fenec.org - mars 2002
Tokyo / Overtones va devenir le meilleur groupe de pop-rock "made in France". Ca ne fait aucun doute. Et même à travers le monde, les prétendants à la succession de Radiohead (parti pour des sphères que plus personne ne peut rejoindre) doivent prendre en compte le potentiel de Tokyo / Overtones, petit groupe français venu du Havre qui sans fracas va s'installer dans nos esprits. Sur nos pages, on les classera avec Leave, Weakids et Airbag...
L'aventure commence à la fin de l'automne 99, William, Virgile, Sébastien et Laurent forment un groupe, compose et se trouvent des premières parties dans de petites salles, comme tous les jeunes groupes... Aprés quelques mois, ils décident d'enregistrer une démo pour assurer leur promotion, 5 titres sont enregistrés en avril 2000, ils sont envoyés à droite, à gauche et arrivent aux oreilles du label Cosmosonic. Ils enregistrent un nouvel EP durant l'été 2001, cette fois-ci, il est destiné au plus grand nombre. "Dev" Fontaine prend le son et assure le mix à Brionne au studio Plash and poise, le mastering est réalisé à Nantes, des musiciens venus du classique sont invités et The Polar EP sort de manière officielle à la fin du mois de janvier 2002. Les 6 titres émeuvent tous ceux qui les écoutent, la vague de bonnes critiques prend de l'ampleur et Universal Music Company décide d'assurer la distribution du bijou à travers la France. Tous ceux qui ont parié sur ces Havrais ont fait le bon choix, l'avenir leur donnera très vite raison.

Bleu / orange. Chaud / froid. Il / Elle. Pop / Rock. Tokyo / Overtones. Le EP est un format peu aimé en France, pas assez long, trop cher, entre le maxi et l'album, il laisse souvent indécis l'acheteur potentiel et un goût d'inachevé pour l'acheteur tout court. Avec The Polar EP les Tokyo / Overtones montrent qu'on a tort de penser ça. 6 titres d'une richesse qu'on redécouvre à chaque écoute, d'une beauté inquantifiable et écoutable à l'infini, cet Extended Play polaire est une bombe. On passe gaiement d'une pop intello, posée, bidouillée, électronique, fouillée, anglaise, lassive et ensorceleuse puis nerveuse sur "O-kee-pa" à "Polar e.t", titre rock, décousu, électrifié, électrisant, tortillant, doux, américain, chaleureux, sonique et saturé. Et c'est en cela que Tokyo / Overtones étonne et déton(n)e, le passage du froid au chaud, du elle au il, de la pop au rock, du Tokyo à l'Overtones, ce passage se fait naturellement, il faut même écouter attentivement l'album pour découvrir ses personnalités, ces figures qui se révèlent à nous selon nos humeurs et nos aspirations momentanées. "Then" tristesse, mélancolie, cordes, sur ces tons bleutés se lèvent un soleil orangé, Tokyo / Overtones est magique, entraînant, chantant, magnifique. Même le vieux coup du sample de film puis de la communication téléphonique, sur "Out", passe comme une lettre à la poste, véritablement dynamique et enjoué, ce titre, comme les autres, est emmené par une rythmique implacable, mesurée, sans excés, terriblement juste et efficace, là-dessus, les guitares s'amusent, batifolent, s'enervent, se calment, méandrent et se perdent dans le brouillard qu'elles ont créé avec leurs effets... "The musing lad" est mon titre préféré, la faute à la mélodie certainement, s'il est impossible de s'en éloigner, je m'y suis abandonné. Millimétrées et percutantes de douceur, les six compositions de Tokyo / Overtones bouleversent leur auditeur. Personnellement cela m'a permis de faire mon deuil de Radiohead.

Oli


Amazin
Tokyo Overtones est un groupe à part. Sur une scène française ou pop-rock rime souvent avec variété, au sens péjoratif du terme, les quatre membres de Tokyo Overtones devraient à coup sur redorer le blason du genre. Avec des compos mélodiques et noisy, la musique des Tokyo, riche en influences multiples, se situe au carrefour des genres : pop bien entendu, mais également electronica et new wave. Le cocktail est suave et savamment dosé. Entre la voix lancinante du chanteur Martin et les instrumentaux mélancoliques aux nappes redondantes, l'auditeur se laisse transporter sur le long fleuve émotionnel et paisible de cet éponyme EP. Les morceaux sont riches et techniquement impeccablement réalisés, et l'excellent son de la production délivre un résultat final de grande qualité. Tokyo Overtones est un groupe inspiré et mature -malgré seulement 2 ans d'existence- qui devrait à coup sur séduire les amateurs d'electro-pop. Ceux-ci, n'auront d'ailleurs pas, pour une fois, à reluquer de l'autre côté de la Manche s'ils recherchent quelquechose de valable à écouter dans leur registre favori. Cet EP est une réussite incontestable, et il laisse augurer d'un bel avenir pour le groupe, dont le potentiel semble intéressant. A écouter.


99octane - 27 mars 2002
Tokyo / Overtones
The Polar E.P.
(Cosmosonic - 2002)
Le saviez-vous ? Nos amis de Cosmosonic ont également un label qui porte le même nom. Et bien maintenant que vous le savez, vous allez même vous en souvenir... Première signature, première référence, Tokyo/Overtones place en un battement de cil gracieux l'aventure de la structure caennaise sous les meilleurs auspices. D'entrée de jeu ou presque - il avait déjà un single autoproduit à son actif -, ce groupe qui nous vient du Havre semble mettre la Pop française (chantée en anglais) en orbite et la faire scintiller sous des angles divers. Postés face à l'Angleterre, à distance raisonnable mais à portée de tir, les quatre qui composent l'effectif de la formation ont eu tout loisir d'assimiler les vibrations musicales de la perfide Albion et de ses (indé-)dépendances. Combien auraient alors croulé sous des références telles que Neil Hannon ou Perry Blake, auxquelles la voix de Laurent Ambrogianni fait immédiatement penser ? Pire, combien nous aurait abreuvé de pâles resucées malhabiles en espérant compenser avec une morgue malvenue ? Rien de tout ça, ce Polar E.P. est confondant de maîtrise et d'humilité, la force de l'intuition en plus. Et l'audace en constante ligne de mire, à l'image d'un premier titre où les mariages organique-electronica sont portés à un haut niveau (et pourtant, dans le genre, on est encore sous le coup des merveilles de Notwist).

Deuxième morceau. La matière première change, les mains qui la travaillent affichent la même habileté et c'est la petite merveille de Pop sale Polar E.T. qui déroule ses trois minutes comme d'autres donneraient des coups dans le ventre, les poings serrés. Classieuse et émouvante sans être trop maniérée, la balladeThen, à la surface de laquelle affleurent de magnifiques cordes et guitares acoustiques napées d'arpèges électriques, révèle alors une nouvelle profondeur, une autre sensibilité. Dans ses accrocs saturés et sa voix en lévitation, Out nous rappellera un Radiohead première formule : là encore, cousinage ne rime pas avec copinage et Tokyo/Overtones s'extrait haut la main de la gangue référentielle. Arrivé à ce niveau d'écoute, on ne peut que saluer le parfait équilibre dans lequel s'inscrit la musique du groupe, entre voix enchanteresse résolument Pop (haut de gamme), beaux influx Rock et programmations parcimonieuses et cruciales. Après la courte comptine The Musing Lad, Winter Ballads Between Naked Trees donne le coup de grâce et vient conforter toutes nos impressions précédentes au sein d'atmosphères plus abstraites et extatiques montant doucement en puissance. L'entrelacs de voix final et les sonorité fuyantes d'orgue perdurent au-delà de la durée du titre : en six morceaux qui nous laissent forcément sur notre faim, Tokyo/Overtones aura mené une parfaite entreprise de séduction. Le stylo à la main, nous voilà fébrilement disposés à inscrire sur notre calendrier la date de sortie d'un premier album.

Fabrice Privé


Caen Magazine - mars-avril 2002
Les "Tokyo/Overtones", 1ère album
Depuis le 22 janvier, le CD 6 titres du groupe Tokyo/Overtones se trouve dans tous les bacs de la métropole. Un premier aboutissement pour le groupe de quatre musiciens originaires du Havre, qui a multiplié les premières parties de concerts. Les compositions oscillant entre musique Trip hop, Pop et rock indépendant, ont attiré l'attention du label caennais de production musicale Cosmosonic.com [...]


Popnews - mars 2002
TOKYO/ OVERTONES - The Polar E.P.
(Cosmosonic / United Music company)
Rares sont les groupes pouvant se targuer, dès leurs débuts discographiques, de posséder une telle classe. On savait depuis les premières maquettes parvenues à nos oreilles que les normands possédaient un style et des chansons, restait à savoir comment ils allaient parvenir à exploiter tout ce beau potentiel. Ce premier E.P. répond bien à la question, par son fourmillement d'idées bien canalisées, sa puissance émotive sans racolage, ses références multiples dont aucune n'est encombrante. Six titres entre rock, pop et électro, un équilibre parfaitement trouvé avec une voix ensorcelante et distinguée - entre Morrissey et Martin Gore/Dave Gahan (Depeche Mode) - comme fil rouge pour une réussite d'emblée. Chapeau bas, d'autant plus que que transparait à l'écoute de "Out" - tube racé et ravageur, "Then" - superbe ballade mélancolique et longue en bouche - ou "Polar E.T." - autre tube - un potentiel impressionnant, que ce soit pour la scène ou sur de futurs disques, qu'on attend de pied ferme. On en connait de moins prometteurs qui auraient déjà fait la couverture du NME deux ou trois fois. (G. sautereau)


Jo Webzine - 9 mars 2002 [lire l'interview ici]


Europe et Liberté - fin février 2002
TOKYO/OVERTONES
" the polar e.p."
En concert au Divan du Monde le 26 février dernier, les quatre jeunes Havrais de Tokyo/overtones (D'où vient ce nom bizarre ?) nous ont impressionnés par leur perfectionnisme sur scène, digne des plus grands. Les six titres de leur premier album " the polar e.p. " allient un rock sensuel à des sons plus électroniques. On ne peut s'empêcher de penser au Suédois Jay Jay Johanson quand on écoute la voix du chanteur. Il nous envoûte sur une musique proche de celle de Radiohead. Ce groupe a franchement de l'avenir. Ils feront leur premier concert à Londres au Fan Club le 2 mars 2002 en première partie de Romeo Rading CO. (London). (V.B)


Nova Mag - février 2002
AFTER POP - Tokyo/Overtones
"De bonnes mélodies [...] bien trop accrocheuses pour passer inaperçues"


Walk In Line Records
Tokyo/Overtones "The polar ep"
(Cosmosonic)
"Petite merveille d'electro pop qui vient du Havre... J'ai pensé immediatement à Jay-Jay Johanson.. C'est sublime, subtile et très original. Un premier 6 titres qui met une claque. Le chant est vraiment très beau et les arrangements sont très rafraîchissants. Un petit bijou d'élégance qui vous donne le moral pour toute la journée..."


Presto ! - #57 février 2002 [lire l'interview Presto!]
TOKYO/OVERTONES
The Polar E.p.
(Cosmosonic.com / UMC)
La progression aura été rapide! La première démo éponyme de TOKYO/OVERTONES présageait de belles aventures au groupe havrais, le second disque, confirne la qualité et va même au-delà des espérances en donnant naissance à six titres dotés d'une maturité étonnante, d'une richesse affolante. On passe d'un état à un autre, d'une ambiance mélancolique à une atmosphère tendue... Tokyo tourne les pages de son polar avec beaucoup d'assurance mais aussi de délicatessedans la guitare, dans la voix. Des vocaux qui laissent une impression de fragilité s'amenuisant au fur et à mesure du défilement des chansons. On ne peut s'empêcher de penser à un bon compromis entre Jay Jay Johannson, Perry Blake et Neil Hannon... Que de l'intéressant, alors pourquoi s'en priver? Côté musical, TOKYO/OVERTONES persiste dans une pop hybride faussement sage, où l'électronique semble prendre du poids avec la maturité acquise. Les claviers, groove box et autres samples s'imposent sans dénaturer la couche organique initiale. Il suffit d'écouter "Winter Ballads Between Naked Trees" pour en être convaincu. Le charme fait son effet... Même constat sur "Out", titre plus agité, plus noise, dont on peut regretter un petit manque de puissance au niveau de prod sur les refrains. Autre moment d'agitation contenue, celui de "Polar e.t." à la ligne généreuse, nous emportant quelque part au coeur des eighties sans tomber dans le ringard. Une très bonne surprise de rentrée, disque à la finesse étonnante avec son lot de détails à découvrir à chaque écoute. Six titres, c'est trop peu...


Bazart - #55 février 2002
Tokyo/Overtones "The Polar EP" (Cosmosonic.com/UMC)
Produit par David Fontaine (tahiti 80, Shane Cough), ce six titres aux ambiances trip hop/rock indé plante le décor dès le premier morceau : un son brut, une harmonie parfaitement maîtrisée, quelques rythmes électroniques, et surtout, cette voix envoûtante, enveloppante. Ces quatre havrais nous prouvent avec ce cd qu'ils ont toute la maturité nécessaire pour pouvoir affronter les maîtres en la matière tels que Radiohead ou Divine Comedy. T/O est aussi un groupe de scène à ne rater sous aucun prétexte. Au fait, à quand un duo avec Thom Yorke.


Magicbox
Tokyo/Overtone - The Polar E.P.
2002 - 6 titres - 24'50 (Cosmosonic/ United Music company)
"Il n'y a pas à dire mais nos amis de Cosmosonic.com ont vraiment du flair ou de la chance car leur première production, à savoir Tokyo/Overtones, est une vraie réussite, mieux une révélation. Effectivement, en 6 titres, les havrais montrent toute la mesure de leur talent, un E.P. qui marie bien respect des grands anciens et savoir faire mélodique indéniable. Le groupe s'affirme en étant autant à l'aise dans un registre électronique ("O-kee-pa" modernise avec bonheur Depeche Mode, alors que le sensible "the musing lad" en propose une version épurée) que pop (le mélancolique "then" est un modèle de ballade classieuse entre Perry Blake et Ben Christophers). Et même quand l'heure est à l'énergie, "polar e.t" avec sa basse très New-order et ses guitares affûtées rendrait fou de jalousie tous les clones de Placebo. Le morceau est imparable avec ce petit truc en plus réservé à l'élite. Les Tokyo/Overtones maîtrisent parfaitement leurs sujets et le dernier "winter ballads between naked trees" est un modèle du genre : des arrangements qui brillent par l'équilibre entre cordes, guitares, programmations et claviers. On est sous le charme, toute la scène anglaise est même (un temps ?) éclipsée des mémoires et on attend fiévreux de voir le groupe sur scène.
Au Divan du Monde (Paris) : le 26 Février (avec Romeo Trading Co)"
(Denis Zorgniotti)


Popingays - 4 février 2002
Tokyo / Overtones : The polar e.p.
"Les havrais de Tokyo/overtones nous livrent leur premier 6 titres, The Polar e.p. Un premier travail concluant entre rock/indé intense et pop mélancolique, le tout saupoudré de quelques effets électroniques. A la fois agressif notamment sur le titre Polar e.t où le cisèlement des arpèges est un véritable délice sensoriel, nos petits normands savent aussi se faire doux et chaleureux sur Winter Ballads Between Naked Trees dont l'introduction n'est pas sans rappeler Karate et la voix suave de Geoff Farina. Même si l'ensemble est perfectible, il n'en reste pas moins que leur début est plus que prometteur. En attendant de les voir sur scène, procurez-vous donc leur ep." (Nico)


Liberté Le Havre - 27 janvier 2001

TOKYO OVERTONES - Le spleen électro
C'est bien la sensation pop du moment sur Le Havre. Il y a quelques jours, au café-musiques l'Agora,lors de la présentation de leur album "The Polar EP", près de deux cents personnes se sont précipitées pour découvrir ce second opus discograhique des quatre membres de Tokyo/Overtones. Une performance d'autant plus que le groupe havrais avait prévenu qu'il ne chanterait pas pour l'occasion. " C'est vrai que tout ce monde, cela nous a un peu surpris " racontent sans forfanterie les membres de Tokyo/Overtones. " Mais, on sent qu'il y a un bouche à oreille favorable autour de nous depuis quelque temps. " Et la rumeur devrait s'amplifier rapidement, car "The Polar EP" est un petit bijou d'électropop sophistiquée et mélancolique à souhait.

Six titres

Les six titres de cet album possèdent une véritable élégance, mettant en place une atmosphère de spleen dans laquelle on se laisse envelopper avec bonheur. On pourrait croire que le groupe est arrivé en ferry des côtes embrumées de Grande-Bretagne, car leur musique possède le charme de la pop anglaise avec cette pointe de dandysme qui fait la différence. Pourvu d'une production très élaborée, ce Polar EP est marqué par des mélodies envoûtantes qui sont portées par la voix singulière de Laurent Ambrogianni, un son de guitare qui balance entre douceur nonchalante et noirceur noisy, un orgue qui dessine des ambiances gothiques, des programmations, soyeuses et des boucles électroniques oppressantes et tourmentées.

Esthétique

Bref, un disque d'une belle richesse musicale qui démontre le potentiel d'un groupe qui n'a que deux ans d'existence, mais qui sait déjà faire preuve de sérieux et de travail. Leurs influences vont de Deus à Sparklehorses en passant par Radiohead. " Non, pas Radiohead, tout le monde les cite aujourd'hui " rectifient-ils sans malice, mais avec un réel bon sens. LaurentAmbrogianni (chant guitare), Virgile Vallin (basse), WilliamTasse (guitare orgue)et Sébastien Abat (batterie programmation) se sont très vite fait remarquer, notamment lors des sélections régionales du Printemps de Bourges. Malgré une mise.en place qui pêchait quelque peu, Tokyo/Overtones avait su captiver l'auditoire et aurait sans doute mérité plus d'attention de la part du jury du festival.

Et puis, il y a ce nom de groupe, d'une poésie intrigante,qui a la bonne idée de donner envie d'en savoir plus. " On trouvait çajoli,ça sonnait bien ",explique le bassisteVirgileVallin avec une simplicité désarmante. Pourtant, on sent chez eux une volonté esthétique assez recherchée que l'on retrouve également dans le graphisme abstrait de leurs pochettes de disques. En tout cas, les quatre musiciens se la jouent discrets et conservent la tête sur les épaules, malgré la célébrité montante.

Plans à l'étranger

En quelques mois, ils ont joué au festival Le Rock dans tous ses États d'Evreux, l'un des rendez-vous de musiques actuelles les plus en vue de l'hexagone, sont passés sur France Inter chez l'Inrockuptible BernardLenoir et ont signé sur le jeune label caennais "Cosmosonic.com." " On a préféré signer chez eux, car ils nous laissent une liberté artistique totale ", confirme William Tasse. " En plus, ils s'occupent à fond de nous avec des plans à l'étranger... "

Ils bénéficient également d'un soutien artistique du café-musiques l'Agora, qui met à leur disposition leur équipement, notamment pour travailler la scène. Et leur disque "The Polar EP" est en sortie nationale, distribué à 3000 exemplaires. Maintenant, ils vont défendre leur disque sur scène avec trois dates dans la région (1er février à Notre Dame de Gravenchon avec Dyonisos, le 9 février à Fécamp avec Mister Jack et le 8 mars à Montivilliers).

Sur scène à Paris

Et preuve que leur musique possède la capacité de dépasser les frontières de la Normandie, Tokyo/Overtones se produirale 26 février au Divan du Monde à Paris, l'une des scènes les plus branchées de la capitale et le 2 mars, la concrétisation d'un rêve, puisqu'ils joueront dans un club de Londres. A suivre de très près...

PhilippeLENOIR


Fanazic
Chroniques - Tokyo/overtones, la nouvelle pop anglaise
"Tokyo/overtones, voilà un groupe qui ne devrait pas tarder à faire parler de lui, non pas par le biais de son nom mais plutôt par sa musique envoûtante. Jamais je n'ai entendu un groupe français qui nous fasse de la pop anglaise aussi... comment dire... anglaise ! Il faut dire aussi que ce groupe du Havre vit juste à coté de cette ile qu'est le Royaume Uni. Maniant aussi bien le synthé que la guitare électrique au milieu de basses et de batteries, le groupe s'amuse avec ce mélange instrumental en effectuant quelques effets sonores qui font plaisir a entendre.
Le premier morceau de l'album "The polar E.P." nous fait penser à du Björk dans ses début en solo avec ses sonorités synthétiques particulières.
Le second morceau "Polar e.t", de la pure pop anglaise, comme on l'aime, non, comme on l'adore ! cela fait longtemps qu'un groupe anglais n'a sorti de morceaux aussi authentiques. Que les anglais en prennent de la graine.
Le troisième morceau "Then", très mélancolique, mélange le violon et le son de la guitare en s'infiltrant dans nos souvenirs. Morceau très enivrant en soi comme d'ailleurs le morceau suivant "Out" qui nous laisse vraiment dans un monde à part entière.
Ce nouvel Ep composé par les quatre membres du groupe (William Tasse, Virgile Vallin, Sébastien Abat, Laurent Ambroggiani) est une véritable réussite en soi même si l'on reste sur notre faim au bout des six morceaux de l'album... et oui à la fin des 25 minutes du CD nous en re-demandons encore et encore tellement "The polar e.p." est un album électrisant.
Nous remercions le label Cosmosonic qui permet à Tokyo/overtones de dévoiler son vrai visage en sortant cet EP car, rien qu'en l'écoutant une premiere fois, nous tombons déjà sous le charme de leur univers."


Aux Arts - janvier/février 2002
Tokyo/overtones "The Polar E.P." 6 titres
Cosmosonic.com/UMC
Après la sortie il y a un an d'un maxi remarqué, le groupe a concocté un album avec la complicité de David Fontaine (Tahiti 80, Shane Cough). La pop-électro-rock de ce groupe normand surprend par sa finesse, par ses recherches sonores qui aboutissent à nos oreilles ébahies. On reste sur notre faim. 2 guitares + basse + batterie + des samples + de l'orgue et une voix plus qu'envoûtante. Tout ça pour votre bonheur en live Cf Agenda. Album dispo le 22 janvier.


Magic - #45 octobre 2000
"Pour leur part, les quatre Havrais de Tokyo/Overtones jouent tout en énergie retenue sur leur remarquable quatre-titres éponyme. Enregistré sur un huit-pistes par Sébastien Cavelier (guitariste de Betty), ce premier essai laisse à présager le fort potentiel scénique de la formation. En alternant les ambiances calmes et dynamiques, le groupe multiplie les prouesses techniques. La voix de Laurent se montre câline et garde à distance les assauts répétés des guitares voraces. Des samples racés apportent la dimension dramatique d'une pièce de théatre (Out et 1+0). Tokyo Eyes."


Buzz - juin 2001
Il serait étonnant que les Tokyo-Overtones restent longtemps dans l'ombre, parceque (...) ce premier essai est une vraie réussite : quatre titres d'un rock'n electrotripop comme l'annonce le groupe lui-même. C'est surtout pop, avec des envolées noisy, d'autres plus acoustiques, mais c'est toujours malin. Délicate ou énervée, la musique (...) permet à Laurent, le frontman, d'aiguiser sa voix sur le fil du rasoir. Moins bruyant que Shane Cough, (...) Tokyo-Overtones devrait trouver rapidement sa place sur la nouvelle scène française, celle qui ne fait plus de complexe et qui, enfin, sait chanter en Anglais.


Popnews - juin 2001
TOKYO/OVERTONES
"Pouilleux, le teint blafard, ils défilent depuis trop longtemps sous vos fenêtres en gémissant, implorant les cieux d’un strabisme étudié. Qui ça ? les clones de Radiohead qu’on doit se fader depuis que le groupe d’Oxford a atteint son statut actuel de groupe majeur (Muse, Mocca, JJ72 et toute une floppée de groupes français que je préfère ne pas nommer… bref). Alors, quand débarque (du Havre) un groupe dont la musique fait enfin oublier avec panache la lourde influence sus-citée sans se priver d’une pop à guitare grand angle, on applaudit. Guitares et voix un brin new wave, avec ce qu’il faut de préciosité et une grande classe sur un « Out » qui ravivent les grandes heures de la pop héroïque d’antan avec ce qu’il faut de bricolages électroniques (peut-être qu’on en aimerait davantage, même). Les idées sont en tout cas larges, les refrains acérés sans être putassiers, et même si parfois cela manque un peu de souplesse dans les articulations, on tient avec « Out » et « Gardens For A. » deux jolies réussites. La suite, vite."


Rock Hardi - février 2001
"Ambiance plus délétère chez les havrais de Tokyo/Overtones. Pochette blanche éclatante de sobriété (classe), chanteur aux intonations drôlant parfois celles de Morrissey (re-classe), petites touches d'orgue et de synthé disséminées ici et là (re-re-classe)... Un maxi à double facette, entre poppsyché (Tokyo ?) et rock noisy (Overtones ?). Plutôt pas mal, voire même excellent pour un premier disque. Chapô Tokyo."


Longueur d'ondes
"Dès les premières notes, on sent quelque chose d'inestimable : les nappes de guitare s'inscrivent en volupté pour recueillir une voix de velours qui apaise et rassure. Une pop mélancolique poussée vers des sommets, à la recherche d'un sublime à l'aide de rythmes trip-pop élégants, de programmations électro sereines, de mélodies limpides. Des compositions réellement brillantes et des textes entre lucidité et sensibilité qui assurent un potentiel énorme."


Festival Le Rock dans Tous ses Etats - juin 2001 - live expérience
"Les Tokyo Overtones, qui suivirent sur la grande scène, démontrèrent, une fois est parfois coutume, que les français, quand ils sont doués et bosseurs, ont des potentiels internationaux tout à fait évidents. Le public arrive lentement (mais assez sûrement) et le quatuor les attire irrésistiblement. Accrocheur et racé, leur rock ("entre Radiohead et dEus", nous racontent les responsables locaux qui n'ont pas complètement tort) est encourageant et promet, espère-t-on, une relève rapide (à arriver, après un 27ème Best Of de TéléphoneÉ) et solide (il faut durer, les mecs !)."


Festival Le Rock dans Tous ses Etats - fiche programmation
Tokyo/Overtones est un groupe havrais, influencé comme tout bon groupe de cette région-là qui se respecte par l'Angleterre proche. Les quatre garçons dans le vent de Tokyo/Overtones jouent tout en énergie retenue, alternant les ambiances calmes et celles plus dynamiques, le groupe multiplie les prouesses techniques. La voix se montre caressante et garde à distance les assauts répétés des guitares qui veulent prendre de la place. Des samples racés apportent la dimension dramatique d'une pièce de théâtre indie pop mâtinée d'ambient, qui révèle la volonté de ne pas s'enfermer musicalement. On croise parfois les fantômes de Radiohead et de Deus. L'utilisation de l'électronique succède aux claviers, créant des atmosphères inédites tout particulièrement sur les compositions les plus récentes. A noter également une reprise de Pavement qui prouve le bon goût de ces quatre garçons.


Tranches d'Europe Express - 2 février 2001
9ème festival des musiques d'Europe
"Ce groupe havrais possède un parfait sens de l'équilibre, ne plongeant jamais franchement du côté minimaliste ni dans celui des atmosphères noise et tendues. La beauté fragile de Tokyo/Overtones, doublée d'une sensibilité mature, confirme le rayonnement de la pop en Haute Normandie"


Made in Normandie #32 - été 2000
"Malgré une petite production en huit pistes, le premier mini CD de Tokyo/Overtones offre une belle vision de la pop. Une version partagée entre rock indé et trip hop, pleine d'idées, d'arrangements élégants, de mélodies acidulées et de passages plus agités. On pense à Perry Blake ou Neil Hannon pour la voix (surtout dans "1+0") on se laisse envahir par la légereté des sons du clavier, par la sensibilité de l'ensemble. Le jeune groupe havrais démontre qu'une fois de plus la Haute-Normandie possède un arsenal florissant de groupes pop très prometteurs."


Abus Dangereux face 69 décembre 2000
"Je connais des tas de groupes ayant sorti des disques, vendu des disques et n'ayant pas la moitié de la classe de TOKYO ! Ce groupe du Havre a à peine un an et déjà leurs compos sont d'une maturité étonnante : les guitares alternent entre douceur et explosion noisy, le chant est vraiment superbe et l'usage très modéré de l'électronique est un plus bien maîtrisé. Trois véritables tubes et deux titres plus psyché tenant également bien la route."


Moon Records
Vendredi 10 Novembre 2000
TOKYO OVERTONES
Mc Daid's, Le Havre
"Tokyo/Overtones dont le premier EP vient d’être chroniqué dans les colonnes de Magic !, ouvre le concert par un titre ambient assez surprenant, qui révéle la volonté de ne pas s’enfermer musicalement. Le quatuor mêle ensuite habilement nouveaux et anciens morceaux, où l’on croise parfois les fantômes de Radiohead et de Deus. L’utilisation de l’électronique par William et Virgil, qui se succédent aux claviers, permet de créer des ambiances inédites tout particulièrement sur les compositions les plus récentes placées en fin de set. A noter également une reprise de Pavement qui prouve le bon goût de ces quatres garçons (pleins d’avenir ?). Ce concert réussi confirme le talent de ce groupe, qui se positionne comme l’un des espoirs de la scène havraise."


Le Havre Libre
Sélections régionales du Printemps de Bourges
Les jeunes talents ont jou" à fond
Tokyo à la hauteur
"On aura découvert les havrais de Tokyo/Overtones qui se sont montrés plus qu'à la hauteur. Ce jeune groupe démontre une réelle originalité dans ses compositions avec une pop séduisante rehaussée d'électronique qui rajoute à l'ambiance mélancolique que créée le groupe sur scène. Malgré une prestation scénique volontairement minimaliste, on sent un réel potentiel chez ces Tokyo/Overtones qui ne manquent pas de personnalité. Si ceux-ci n'obtiennent pas une sélection à Bourges, Le Havre aura dégotté, et c'est bien le principal, un groupe qu'il faudra sans doute suivre. C'est aussi tout l'intérêt de cette sélection, et désormais que le meilleur gagne."


Bazart - agenda culturel loisirs - #42 novembre 2000
"Tokyo/Overtones, est une agréable surprise. Même s'il ne réinvente rien, leur pop toute anglaise est fort bien faite. On trouve dans leur CD maxi des ambiances bien campées, les musiques sont valablement interprêtées. Le tout reste perfectible mais les Tokyo/Overtones sont des ces groupes dont on se dit qu'ils ont un truc et que même si tout n'est pas encore en place, ils ont de bons arguments pour réussir. A vous de vous faire votre opinion au Mac Daid's le 10 novembre."



Contenus © Luneprod